Le Certificat d’excellence est la plus haute distinction offerte par la Société de sauvetage. Il s’adresse aux candidats qui cherchent une occasion de démontrer leurs habiletés à effectuer et à diriger un sauvetage aquatique d’une qualité exceptionnelle. Les épreuves du certificat sont conçues de façon à encourager le candidat à l’excellence en ce qui concerne ses compétences et ses connaissances, soit en poursuivant le développement de ses compétences aquatiques (Partie A1), soit en menant à terme un projet substantiel (Partie A2).

Préalables : Être titulaire d’un certificat de distinction, d’un certificat de Sauveteur National ou d’un certificat de Moniteur en sauvetage de la Société de sauvetage.

Évaluation : Toutes les épreuves sont évaluées par un examinateur de la Société de sauvetage.

La note de passage pour la partie A et la partie B, soit l’examen écrit, est de 66 %. Une note inférieure à 50 % à l’une ou l’autre des épreuves (y compris chacune des épreuves de la partie B) donne lieu à un échec. Un candidat qui obtient 80 % de moyenne ou plus dans chacune des parties se voit attribuer le Certificat d’excellence avec mention. La notation des épreuves peut s’appuyer sur les fractions et les nombres fractionnaires.

Le système de notation propre au Certificat d’excellence fait la distinction entre une performance méritant tout juste une note de passage et une performance digne de mention. La note de passage minimale est obtenue lorsque le candidat satisfait aux critères qui figurent sous le titre « À voir ». Une note méritant une mention est obtenue lorsque le candidat atteint une performance presque parfaite lors de l’exécution des épreuves.

Il peut s’avérer utile de combiner de petits groupes de candidats au Certificat d’excellence à d’autres groupes, comme ceux du Certificat de distinction, dans le but de disposer d’un nombre adéquat de candidats lors de l’exécution de sauvetages ou autres exercices.

Éléments évalués :

  1. Bonne compréhension des principes et des techniques de sauvetage aquatique de même que de l’importance de sensibiliser davantage les Canadiens et les Canadiennes aux responsabilités assumées en situation de travail ou de loisir, sur l’eau, dans l’eau ou à proximité de l’eau. Épreuve théorique écrite (Partie B) préparée d’après le contenu de l’édition actuelle du Manuel canadien de sauvetage, du guide Alerte! la pratique de la surveillance aquatique et de tout autre document recommandé.
  2. Capacité à effectuer DEUX des trois points suivants :
    1. effectuer le portage d’une victime passive sur une distance de 50 m en 1 min 15 secondes. Le sauveteur et la victime commencent l’exercice dans l’eau;
    2. nager, la tête hors de l’eau, sur une distance de 25 m en 16 secondes;
    3. vêtu d’une chemise et d’un pantalon, entrer dans l’eau et effectuer une approche de 15 m. Effectuer un plongeon de surface pour récupérer une victime en arrêt respiratoire immergée dans 2 à 3 m d’eau et refaire surface, le tout en 20 secondes. Amener la victime en sécurité au point le plus rapproché et lui administrer la respiration artificielle.
  3. Capacité à :
    1. entrer à l’eau et à enfiler un masque, des palmes et un tuba sous l’eau. Vider le masque et son tuba d’un même souffle et nager sur une distance de 25 m. Utiliser l’équipement efficacement;
    2. sortir trois types de victimes de l’eau en tenant compte des circonstances décrites par l’examinateur;
    3. effectuer quatre culbutes stationnaires consécutives en position recroquevillée : deux avant et deux arrière.
  4. Sauvetage aquatique dans une situation devant mettre en évidence la prise de décisions (choix des priorités), les capacités de prise en charge et la compétence à administrer des soins d’urgence adéquats à une victime souffrant de l’une des afflictions suivantes :
    • crise cardiaque;
    • urgence diabétiques;
    • crise d’épilepsie;
    • blessure à la colonne vertébrale;
    • blessure à la tête.
  5. Direction d’un sauvetage dans le cas où le sauveteur ne peut intervenir ou agir directement. Le sauveteur prend alors la direction des opérations en évaluant la situation, en déterminant le ou les types de victimes à secourir et la gravité de leurs blessures et en guidant les témoins et les autres sauveteurs dans l’exécution du sauvetage.
    • De façon continue, nage sur une distance de 800 m en 17 minutes en respectant l’ordre suivant :
    • 200 m, crawl;
    • 200 m, dos crawlé;
    • 200 m, brasse;
    • 200 m, au choix.