Le cours du SN vise à enseigner les principes de base de la surveillance aquatique dans toutes les situations aquatiques.

Préalable : Avoir au moins 16 ans et être titulaire d’une Croix de bronze et d’un certificat général de premiers soins valide.

Évaluation : Les éléments identifiés par un astérisque (*) doivent être évalués par un moniteur. S’il y a lieu, les examinateurs peuvent évaluer l’un, l’autre ou tous ces éléments, à leur discrétion.

Éléments évalués :

  1. * Par l’entremise d’activités pratiques, capacité à répondre à des questions visant à établir sa compréhension des principes et des techniques de la surveillance aquatique qui font partie de l’examen. Capacité à répondre à des questions tirées du Manuel canadien de sauvetage et d’ Alerte — La pratique de la surveillance aquatique sur ce qui suit :
    • expliquer le rôle et les responsabilités d’un surveillant-sauveteur national à titre de modèle et en ce qui a trait à la prévention et au sauvetage (Alerte – chapitre 1).
    • décrire le stress vécu lors d’un incident critique et son effet sur le sauveteur à la suite d’un sauvetage réussi et d’un sauvetage échoué (MCS, Annexe A; Alerte – chapitre 6).
    • définir les obligations légales d’un surveillant-sauveteur pour ce qui de ses devoirs, des normes de soins à prodiguer, de sa responsabilité civile et de la négligence (Alerte – chapitre 8).
    • fournir un exemple d’une activité de formation qui permettrait d’améliorer un élément de condition physique (endurance musculaire ou cardiovasculaire, force, vitesse, puissance ou flexibilité) que l’évaluateur aura soumis;
    • expliquer comment adapter des procédures d’urgence pour une installation aquatique où il n’y a qu’un surveillant-sauveteur qualifié en fonction et comment mettre à contribution le personnel auxiliaire ou les témoins. Expliquer la valeur de procédures écrites faisant partie du manuel utilisé par le personnel;
    • fournir un exemple des règlements qui régissent la santé et la sécurité des surveillants-sauveteurs dans leur milieu de travail, par exemple : SIMDUT (Système d’information sur les matières dangereuse utilisées au travail), Programme d’hygiène et de sécurité au travail et la Commission de sécurité et de santé au travail.
  2. * Communication efficace avec :
    1. le public (relations publiques) et les victimes;
    2. les autres surveillants-sauveteurs, les superviseurs et l’employeur, le personnel des services d’urgence et les autres employés, par exemple les caissiers et le personnel d’entretien.
  3. * Démonstration de sa capacité à composer avec les situations suivantes :
    1. personne en train de se noyer;
    2. victime submergée en arrêt respiratoire;
    3. victime qui pourrait être blessée à la colonne vertébrale.
  4. * Démonstration de sa capacité à reconnaître les personnes ou les groupes auprès desquels un surveillant-sauveteur pourrait devoir intervenir ou à qui il devrait enseigner les façons d’éviter les accidents.